ABSURDE

Le soleil qui passe les persiennes
Se fraye un chemin qui va bien
Tel un acrobate il se faufile
Et s’étale sur mon corps viril.
Mes poils se redressent
Ma tête se redresse
Mes pieds se redressent
etc …
et je suis debout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *