ARRETEZ !

Bastia, deux heures de l’après-midi
sur la place du lundi
une bombe explosa.
C’était dans un jardin
qu’arriva l’attentat
au milieu des gradins
couleur magenta.
Les secours affluaient,
le sang aussi…
Les gens pleuraient,
les saules aussi…
Le désespoir envahissait
les âmes des survivants,
persuadés d’un trépas trop flagrant.
“ Mon enfant !
Sauvez mon enfant ! ”,
criait une mère en pleurs,
à qui la mort faisait peur.
Pourquoi les fanatiques existent !
C’est dans un monde immature
que les innocents périssent
se jetant en pâture
à la première milice.
Je vous en supplie,
arrêtez les dégâts !
Toutes ces tâches accomplies
ne sont que l’agrégat
de haines incessantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *