LE CAZ

C’était un soir, en plein été
Où j’étais sur mon trente et un
J’étais parti pour m’éclater
Avec Philippe, un bon copain.
On est allé au casino
Pour essayer une méthode
Que j’avais lu dans les journaux
Et qui mettait en jeu un code.
A l’intérieur de cet empire
On a jouer à la roulette
Mais les croupiers sont des vampires
Ils veulent une part de la galette.
Le casino était bondé
De toutes sortes de pécores
Les uns complètement blindés
Les autres en total désaccord
Et d’autres encore dilapidés.
Soudain, le signal apparaît:
Trois nombres rouges consécutifs
Venaient de sortir à une table
Que dans un élan directif
Je comblais d’une pile stable.
Noir…rouge…noir…rouge…Noir !
“ Tapes m’en cinq, on les a eu ! ”
Deux cents francs à la minute
Donne envie de rester des heures !…
Les gains se succédaient
Avec une chance insolante.
Et pendant que la banque perdait
Nos poches devenaient géantes.
Mille, deux milles, trois milles…
J’aurais dû prendre un sac de sport
Ou bien un énorme baril
Pour en mettre plus encore.
Alors nous avons décidé
De repartir bien malheureux
Mais nous étions persuadés
D’un triomphe faramineux.

Moralité:
Si le casino t’oblige à bien t’habiller
C’est pour ne pas risquer d’être dévalisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *