IMAGE

Le bleu à perte de vue
Les oiseaux ont disparu
Et les montagnes, toujours plus belles
Comme toi, mon Isabelle.
L’immensité du néant
Sous le vide béant
Que nous parcourons à tire d’aile
Me fait rêver comme un enfant.
Un champ de coton flotte dans l’air
Où nous avons rendez-vous
Ici, au 7ème ciel
Aménagé exprès pour nous.
J’ai envie de plonger,
De planer, de nager,
De flirter avec toi mon infini beauté
Dans l’infini beauté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *