Un super film de Raoul Ruiz, avec John Malkovich, Veronica Ferres, Saffron Burrows, Stephen Dillane, Paul Hilton, Sandra Ceccarelli, Karl Fischer, Irina Wanka, Antje Charlotte Sieglin, …

Coup de bol pour nous les français ! Ce film venait à peine d’être projetté en Allemagne (à Berlin) dans sa version de 1 h 40, puis en Autriche dans la plupart des salles. Pour la France, il est sorti hier dans le montage qu’a voulu Raoul Ruiz, pourvu d’une demi-heure supplémentaire.

Même si le charcutage a été opéré, à la demande du principal producteur autrichien, par l’ancien monteur de Barry Lindon, il n’en est pas moins pervers et révélateur : la plupart de ce qui fait l’intérêt de ce film ­(ses divagations, fantasmagories, répétitions, résurgences, jeux de renvois et de miroirs, ses dédoublements et ses escamotages)­, tout a sauté au profit d’un récit linéaire et moins encombré.

En un mot : normalisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *