Ségolène et Nicolas : quand l’argent s’en mêle

Nous y voilà : du grand n’importe quoi !

Voilà maintenant que les amalgames à deux euros prennent le pas. Comme si les socialistes étaient forcément pauvres et les capitalistes riches ! Comme si un riche ne pouvait pas partager l’argent des autres aussi… Comme si les pauvres ne pouvaient pas avoir envie de gagner plus d’argent… Comme si le fait de payer l’ISF était synonyme d’être riche… Comme si le fait d’être de gauche signifiait de se faire avoir par l’Etat en donnant ce qu’il nous reste après avoir déjà payer un paquet d’impôts ! Enfin, comme si le fait d’être de gauche sous-entend ne pas pouvoir optimiser son capital en le plaçant bien ou en montant une SCI…

En bref, il faut bien que les medias aient quelque chose à se mettre sous la dent pour faire vendre sinon, le quotidien d’un contexte électoral serait tristounet…

Si Ségolène à bien optimisé ses placements : Elle a tout à fait raison. Si en France il faut être pauvre pour ne pas être jalousé, on est mal barrés pour concurrencer les US où avoir de l’argent est une bonne chose !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *